Fermé aujourd'hui

Traitement de canal

Le traitement de canal à bien mauvaise réputation. Pourtant, cet acte médical est pratiquement indolore, procure un soulagement rapide et permet de conserver votre dent.

L’importance d’une telle intervention

Aussi appelé traitement canalaire ou endodontique, ce soin vise à retirer la pulpe infectée de l’intérieur d’une dent. Ce tissu mou abrite les nerfs et vaisseaux sanguins qui en assurent la croissance. Cependant, une fois la maturation de la dent terminée, son rôle n’est que secondaire et elle peut être enlevée sans problème.

Techniquement, la pulpe est bien protégée au centre de la dent. Certaines situations contribuent toutefois à l’exposer :

  • Dent fissurée
  • Traumatisme à la bouche (choc sportif ou accident)
  • Carie profonde ou non soignée
  • Obturation profonde
  • Force excessive appliquée sur la dent régulièrement

Une dent ayant subi un traitement de canal est dite « dévitalisée ». Et malgré l’absence de son tissu vital, elle continue d’assurer ses fonctions :

  • Stimule l’os de la mâchoire pour éviter la résorption osseuse
  • Maintien l’équilibre et la position de la dentition
  • Assure la fonction masticatoire

Les symptômes à observer

D’emblée, si vous avez reçu un coup à la bouche, en plus d’avoir mal, vous pouvez observer un assombrissement de la teinte de la dent touchée.

Si votre dent vous semble normale, vous pouvez ressentir une douleur vive et lancinante qui peut même empêcher le sommeil. La dent atteinte peut réagir au froid et au chaud. Cette sensibilité pourrait être augmentée lors de la mastication. D’autres signes peuvent aussi se manifester :

  • Apparition d’un petit point blanc (fistule) au niveau de la gencive
  • Gonflement de la gencive ou du visage dans la zone atteinte
  • Présence de fièvre

Un soin radiculaire s’effectue en cabinet sous anesthésie locale. On compare souvent la sensation à celle ressentie lors d’une obturation. Il n’est pas rare qu’un retraitement de canal soit nécessaire, parfois même après plusieurs années, selon sévérité de la condition et la complexité du réseau canalaire.

Et aussi surprenant que cela puisse paraître, il se peut qu’on note la présence d’une affection à la pulpe pendant un examen de routine, ou lors de l’analyse d’une radiographie, même si vous ne présentez aucun signe avant-coureur !